PUNA


PUNA
PUNA

PUNA

Steppe herbeuse de haute altitude des Andes sèches, la puna est située entre 3 800 et 4 800 mètres. Son nom, qui signifie sommeil en langue quechua, souligne les difficultés physiologiques d’adaptation à l’altitude qu’y rencontrent les Indiens. C’est précisément une formation adaptée aux grands contrastes thermiques (les gelées nocturnes, qui peuvent descendre jusqu’à — 20 0C, se produisent de 100 à 300 jours par an, mais, dans la journée, lors des fortes insolations, la température peut atteindre de 30 à 35 0C). La température moyenne annuelle est comprise entre 3 et 8 0C. L’air est très sec, l’humidité atmosphérique ne représentant que le quart ou le cinquième de celle qui existe à la même latitude au niveau de la mer. Les précipitations se situent pendant l’hivernage, d’octobre à avril, tandis que des giboulées de grésil peuvent accompagner les orages de saison sèche. L’importance des pluies est variable selon les secteurs: 1 000 millimètres par an dans les régions les mieux arrosées, 200 millimètres par an dans les régions les plus sèches. Les formations végétales de la puna qui couvre près de 500 000 kilomètres carrés dans les Andes (175 000 km2 au Pérou, 200 000 en Bolivie, un peu plus de 100 000 dans le nord de l’Argentine et du Chili) présentent plusieurs aspects, selon l’importance des précipitations annuelles. Dans les secteurs les mieux arrosés, un tapis assez dense de stipas, de poas et de fetuques — l’ichu de la terminologie indienne — couvre le sol, ponctué par les boules blanches, en coussinets à piquants, d’opuntia floccosa , liées souvent au surpâturage. Dans les creux humides s’étendent des tourbières à distichia muscoides , tandis que sur quelques éboulis stabilisés se conservent des boisements de polylepis (les quinoars des Indiens), témoins d’une forêt claire d’altitude jadis probablement plus étendue. Dans les secteurs les plus secs (sud du Pérou, Bolivie occidentale, nord du Chili), le couvert végétal est discontinu et composé de plantes ligneuses ou résineuses: ce sont les boules vertes à croissance très lente de la yareta (azotella yareta ) ou les arbustes de la ctola (lepidophylum quadfangulare ), parfois les grandes hampes des puya Raimondi qui fleurissent une fois tous les dix ans. La puna constitue le pâturage des auquenidés, sauvages comme la vigogne ou le guanaco, domestiqués comme le lama ou l’alpaga, auxquels sont venus s’ajouter, depuis la conquête, les moutons et les vaches. L’élevage extensif était pratiqué, jusqu’aux réformes agraires entreprises en Bolivie en 1954 et au Pérou en 1969, dans le cadre de grandes haciendas de plusieurs milliers ou dizaines de milliers d’hectares, souvent mal acceptées par la paysannerie indienne locale. Ces grands domaines ont été transformés en coopératives ou répartis entre les communautés indiennes. Les densités animales, dans ce milieu froid, peu productif, sont faibles: un mouton à l’hectare dans le meilleur des cas et même plus souvent un mouton pour 5 et même 10 hectares.

On constate dans les Andes centrales l’extension des surfaces planes ou faiblement ondulées, tronquant des séries plissées et formant un relief de hauts plateaux. Il s’agit de «surfaces d’érosion» que Isaiah Bowmann, lors de ses voyages scientifiques dans les Andes au début du XXe siècle, avait baptisées «surface de la puna». L’expression est restée et désigne dans les Andes de hautes surfaces d’érosion élaborées pour l’essentiel dans la seconde moitié du Tertiaire, avant et pendant le grand soulèvement plioquaternaire. Parfois, la «surface de la puna» est fossilisée par des épanchements volcaniques.

puna [ pyna ] n. f.
• 1732; mot esp. empr. au quechua
1Troubles physiologiques liés à l'altitude (dans les Andes).
2Géogr. Haut plateau froid, au Pérou et en Bolivie. Les Indiens de la puna.

puna nom féminin (espagnol puna, haut plateau, du quechua puna, dépeuplé) Dans les Andes, étage des « terres froides », comprises entre 3 000 et 5 000 m selon la latitude. (C'est le domaine des Indiens éleveurs de lamas, d'alpagas, de vigognes et de moutons.)

⇒PUNA, subst. fém.
GÉOGR. Pâturage des hauts plateaux des Andes (Pérou et Bolivie) qui se situe à 4 200 mètres environ d'altitude et qui est caractérisé par un climat semi-aride et froid. La puna péruvienne est un domaine d'élevage extensif (WOLKOWITSCH, Élev., 1966, p. 70).
P. méton. Malaises liés à l'altitude éprouvés dans les endroits élevés des Andes. Synon. mal de(s) montagne(s) (v. montagne II A). La raréfaction de l'air produisait cette oppression douloureuse connue sous le nom de « puna » (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 107).
Prononc. et Orth.:[pyna]. Plur. des punas. Étymol. et Hist. 1. 1598 [éd.] géogr., cité comme mot indigène (REGNAULT, Hist. nat. et moralle des Indes [trad. de l'ouvrage esp. de J. de Acosta], Paris, Marc Orry, f ° 92b: Il y a d'autres deserts ou lieux inhabitez qu'ils appellent au Peru Punas); 2. 1855 « mal des montagnes » (NYSTEN). Mot esp., att. au sens 1 en 1585 et au sens 2 au XIXe s. (v. COR.-PASC.), lui-même empr. au quichua púna, terme de géogr. Voir COR.-PASC. et FRIED.

puna [pyna] n. f.
ÉTYM. 1732; mot esp., empr. au quichua.
1 Mal des montagnes, troubles physiologiques liés à l'altitude, dans les Andes.
2 Géogr. Haut plateau froid, au Pérou et en Bolivie.
0 Les plateaux de la « puna » (steppe herbeuse d'altitude) sont parfois des plateaux d'érosion ou parfois dus à des recouvrements volcaniques; ils sont entaillés par des vallées (…)
Olivier Dollfus, le Pérou, p. 10.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • puna — puna …   Dictionnaire des rimes

  • Puna — may refer to: * Puna (geography), one of the eight physiographic regions of Peru * Puna (mythology), the king of Hiti marama or of Vavau in the Tuamotu legend of Rata * Puna (wind), a type of wind in the Andes * Puna, Hawaii, a district in the… …   Wikipedia

  • Puna — bedeutet: eine Stadt im indischen Bundesstaat Maharashtra, siehe Pune eine Stadt im indischen Bundesstaat Gujarat, siehe Puna (Indien) eine Höhenstufe und Vegetationsform der Anden, siehe Puna (Anden) eine Hochwüste in Argentinien, siehe Puna… …   Deutsch Wikipedia

  • puna — PÚNA s.f. Semideşert rece în Anzi, la mari altitudini, cu o vegetaţie rară, din smocuri de graminee şi boschete de arbuşti spinoşi. (cf. sp., fr. puna) Trimis de tavi, 27.05.2005. Sursa: MDN  PÚNA s.f. Semideşert rece în Anzi, situat la mari… …   Dicționar Român

  • puna — [po͞o′nä] n. [AmSp < Quechua púna, high summit] a cold, arid plateau high in the Andes …   English World dictionary

  • Puna — Pu na, n. [Sp., of Peruv. origin.] A cold arid table land, as in the Andes of Peru. [Webster 1913 Suppl.] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Puna — Puna, eine 6 Meilen lange Insel im Busen von Guajaquil, s.d. 3) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Puná — Puná, zu Ecuador gehörige Insel im Golf von Guayaquil des Stillen Ozeans, 55 km lang, 25 km breit, zwischen den Kanälen de Jambeli und dem det Morro, die zu dem Ästuar des Guayaquilflusses führen, der hinter der Insel mündet …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Puna — (Poona), Hauptstadt des gleichnamigen Distrikts (13,851 qkm mit [1901] 1995, 330 Einw.) in der britisch ind. Präsidentschaft Bombay, unter 18°31 nördl. Br., 554 m ü. M., an der Eisenbahn Bombay Madras, in kahler Ebene, am Muta, hat meist enge,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Puna — (Poona), Hauptstadt der Div. Dekhan und des Distr. P. der brit. ostind. Präsidentschaft Bombay, an der Vereinigung der Flüsse Muta und Mula, (1901) 153.320 E., Fort, ehemal. Palast der Mahrattenfürsten; Industrie in Gold und Silberarbeiten,… …   Kleines Konversations-Lexikon